La faillite

Deux semaines après la sortie de l’euro, la saisie du porte-avions Charles de Gaulle par un fonds vautours américain résume symboliquement la situation de la France : la faillite.

La fébrilité du gouvernement se manifeste par des privatisations à tout va : Nathalie Kosciusko est chargée par le premier ministre, Michel Cabestany d’une vente aux enchères des biens publics.

La communauté internationale ne cesse de se démarquer vis à vis de la décision de la France. Pour les patrons britanniques, David Cameron «joue avec le feu» (Le Monde du 14 nov. 2014) : les entreprises du Royaume Uni mettent en garde leur chef de gouvernement contre une décision similaire vis à vis de l’Europe. Selon un rapport de Washington « La France doit supprimer l’Elysée » (Les Echos du 10 nov. 2014). Les partenaires de la France accusent le gouvernement Cabestany de l’échec de Rosetta.

De fait, le pays est complètement désorganisé.

Les réquisitions ont provoqué émeutes agricoles et pillages. Malgré les mesures envers les plus démunis, face au rationnement la  grève s’étend (grève des commerçants,  grève des fonctionnaires,  etc…) ;  les manifestations se multiplient.

La France se retrouve en proie à une flambée de la criminalité : trafic de faux billets, escroqueries (France Info le 6 nov. 2014), des petits meurtres inexpliqués se multiplient (à mettre sans doute au rang des règlement de compte),  le signalement de personnes disparues augmente.

Abandonnant le vol de shampoing, Nabila, une starlette en mal de publicité, va jusqu’à poignarder son compagnon, risquant par là même 30 ans de prison, mais faisant au passage la une des journaux.

Aux mécontentements et aux troubles, le gouvernement répond par un durcissement de la répression (« La France épinglée par Amnesty International pour ses violences policières » selon Le Monde ) et des versements exceptionnels de primes aux fonctionnaires.

La colère se manifeste par des appels ouverts à la révolte : @Anonymous revendique des actions violentes et lutte pour la chute du gouvernement, @Les_Eveilles (mouvement de jeunes manifestants citoyens) s’indigne des primes exceptionnelles accordées aux policiers et appelle à des rassemblements citoyens de protestation; rassemblements risquant d’être « un peu moins citoyens ».

Faisant leurs « choux-gras » de la situation, les média n’hésitent plus à parler d’#Anarchy. Les rumeurs se répandent à la vitesse des réseaux sociaux et l’on ne sait plus ou s’arrête la réalité et où commence la fiction…

Les pays frontaliers, craignant un afflux massif de réfugiés, ont renforcés les contrôles à leurs frontières, d’autant que la France ne fait plus partie de l’espace Schengen.

Les ONG internationales multiplient les annonces médiatiques en vue de récolter des fonds pour venir en aide aux français. Notamment, une association belge qui distribue des vivres dans les Yvelines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>